BUH by PTIT SUSHI

Mon Amour, mes joies, mes peines... Mais aussi mes lectures, mon cinéma, ma cuisine... Et en plus je suis gay... Mais plein d'espoirs...

mardi 14 juillet 2015

« Dernière nuit à Twisted River » John Irving

derniere-nuit-a-twisted-river-440813

John Irving nous entraine dans un long voyage à travers le New Hampshire, Boston, le Vermont et le Canada. Ce roman fleuve débute dans les années 50 à Twisted River, un village de draveurs, qui conduisent les troncs d’arbres sur des rivières dangereuses. Dominic Baciagalupo, 30 ans veuf et père de Danny 11 ans, s’occupe de cuisiner pour nourrir les bucherons qui travaillent dans les forêts. Un soir, suite à une terrible méprise, Danny tue la maitresse de son père, un indienne de 120 kilos, avec une poêle la prenant pour un ours… Suite à cela le père et le fils vont fuir en changeant d’identité pour éviter la vengeance de Cow-Boy, shérif adjoint du comté. Pour cela ils sont aidés par le fidèle ami de la famille, un homme des bois, chasseur d’ours au grand coeur Ketchum. 

 John Irving brouille un peu les pistes au début de son roman et le lecteur se demande où il veut nous emmener. Mais très vite on plonge dans cette histoire, qui nous aspire et nous surprend. Encore une fois on découvre un grand conteur. Cette aventure se déroule sur trois générations, on revit donc l’histoire des Etats-Unis en même temps que celle des héros. Et l’auteur nous parle du travail du romancier où peuvent se confondre parfois la réalité et la fiction. Il nous parle aussi de l’amitié, de l’amour, et il fait de superbes portraits, des portraits de femmes éblouissantes et une magnifique relation père-fils tout en tendresse. 

Un superbe roman, drôle, ironique, mélancolique, qui coule comme une rivière avec des moments violents et des moments apaisés, comme la vie. 

 

« - Je voudrais seulement que tu aies le meilleur de la vie. 

  • Tu as été un bon père, le meilleur des pères. 
  • Toi aussi, tu étais un bon père. 
  • Moi j’aurais pu mieux faire, répondit vivement Danny. 
  • Je t’aime, lui dit Dominic. 
  • Moi aussi, je t’aime, papa. » 

Posté par Ptit Sushi à 19:01 - Un Sushi dans la Bibliothèque - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Ah je l'ai dans ma pile de bouquins à lire depuis plusieurs mois, un jour je vais m'y mettre, mais l'épaisseur m'a fait un peu peur jusque là. Peut-être un peu plus tard dans l'été, quand la tranquillité aura gagné Paris ? Je serai peut-être plus dans l'humeur à le lire ?
    Bises Sushi !

    Posté par Isabelle Z, mardi 14 juillet 2015 à 23:31

Poster un commentaire