BUH by PTIT SUSHI

Mon Amour, mes joies, mes peines... Mais aussi mes lectures, mon cinéma, ma cuisine... Et en plus je suis gay... Mais plein d'espoirs...

vendredi 1 août 2014

Ma Vie de Sushi

 

Je n'ai plus écrit ici depuis le 13 Janvier 2013. Depuis cette date la vie a continué, toujours pareil, toujours égale à elle-même avec son lot de malheurs et de petit bonheurs. 

 

L'année 2012 c'était achevée avec beaucoup de drames et de peurs ; La santé fragile de mon père, un cancer découvert à ma belle soeur quelques jours avant Noël, des traitements commencés d'urgence le 31 décembre, puis la maladie incurable d'un proche annoncé début Janvier. C'en était trop ! J'avais besoin de couper tout, même l'effet de catharsis de ce blog ne pouvait plus me soulager. Comme si m'éloigner d'ici en ne parlant plus que de livres et de cinéma aurait pu éloigner toutes ces peurs et ces angoisses. Bien sûr que non. Mais au moins les pages de ce blog seraient plus joyeuses. 

Voilà donc un petit résumer des événements qui ont égrainés cette période. 

 

Ce début d'année 2014 commençait bien, après une année de douleurs, de souffrances et de peurs, la femme de mon frère avait vaincu la maladie. Une ombre s'éloignait de nous, même si elle rode toujours. Et une autre était toujours là… 

Au mois de Mars mon adorable Papa nous a quitté. Ce fut un choc ! On ne s'y attendait pas du tout. Il y avait tellement eu de moments difficiles, où on avait eu peur, on s'attendait au pire à chaque fois, et il avait toujours été le plus fort. Et ce dimanche 2 mars il s'est endormi tranquillement pour ne plus se réveiller. J'avais passé le vendredi après midi avec lui, il était un peu fatigué et avait un peu somnolé entre la lecture des journaux, le gouter et les conversations. Par contre le samedi il était assez en forme nous avions lu le journal, discuté, un peu regarder la télévision. Au repas du soir par contre il n'avait presque rien mangé. Puis il m'avait dit qu'il était fatigué et s'était endormi. Vers 19h30 je suis parti le laissant endormi après un bisous sur le front… Le dimanche matin à 7h30 je reçois un coup de fil de la maison de retraite, je dois venir au plus vite… On ne me donne aucune information… J'ai compris, mais je ne peux y croire… 

Voilà mon père nous a quitté ce dimanche de mars. Nous avons tous une peine infinie. Nous ne l'oublierons jamais. C'était un homme bon, gentil et merveilleux. Il a toujours été extraordinaire et dévoué pour sa famille, un mari, un frère, un père et un grand-père formidable. Nous avons essayé de lui rendre tout cet amour pour l'aider et lui soulager ces dernières années. Je crois que nous avons fait de notre mieux. Même si on a toujours ce sentiment qu'on aurai du faire plus, qu'on a pas fait assez. 

Il nous manque tellement… C'est dur ! 

Heureusement mon frère, sa femme, les enfants sont vite arrivés. Mon adorable S. est venu pour les obsèques de Papa, ça m'a beaucoup touché et aidé qu'il soit à mes côtés. Il aimait beaucoup mon père, et ce dernier l'appréciait énormément. Mes proches amis, Anastasia, son mari, Marie-Hélène, Karine, mon Petit Coeur m'ont soutenu et aidé. 

Les week-end qui ont suivi j'ai eu beaucoup de visites, mon Petit Coeur, Anastasia et Renaud, Marie-Hélène. 

Heureusement, ça m'a fait beaucoup de bien ! 

Je vais bien mais je pense aussi que je vais mal… Quand je suis entouré, je bouge, je profite, je vis. Au travail c'est pareil, je me concentre sur mon travail, je le fait bien. Mais dès que je suis seul, rien ne va, dans le sens où je n'arrive à rien. J'ai toujours mes week-end de trois jours, et ils sont toujours organisés comme avant. C'est à dire que je fais tout le matin, mon footing, les courses, le ménage, la cuisine. Ainsi mes après-midi sont libres comme avant pour aller voir mon père… Si je vais au cinéma, je pense toujours je vais à la séance de 13h comme ça à 15h-15h30 je suis chez Papa… Alors bien souvent l'après-midi je ne fais rien, je n'arrive à rien, je reste à la maison, enfermé à la maison… Je lis, j’écoute de la musique, je dors… Rares sont les moments où j'arrive à faire quelque chose. Pourtant maintenant j'ai du temps pour moi, mais je n'arrive pas à en profiter. Je n'arrive pas à me réapproprier ce temps qui était à mon Père. Je n'arrive pas à vivre quand je suis seul. Et je me coupe du monde, même sur Facebook j'ai tout supprimé, j'ai effacé tous mes statuts et commentaires, j'ai effacé toutes mes photos. Je disparait. 

Après avoir pleurer mon Père - que je pleure toujours - maintenant je pleure sur moi… 

Je n'arrive pas à bouger à partir. Ici je n'ai pas d'amis, mes fidèles amis sont à Paris. Je n'ai même pas la force d'aller les voir pourtant ils m'appellent, ils me disent de venir. Je n'y arrive pas. J'ai seulement réussi à aller quelques week-end chez mon frère. Fin juin j'ai eu 15 jours de vacances, j'aurais pu partir, je n'ai plus de soucis à me faire, et bien non, je suis resté ici à ne rien faire. Je suis seulement parti 5 jours chez mon frère. 

Il faut que je bouge ! Maintenant que je m'occupe plus de mon père, j'ai l'impression que je n'ai plus aucun but, que je ne sers à rien. Je suis fatigué…  

 

Pour terminer sur une note plus positive, j'ai eu de jolis souvenirs en 2013 j'ai passé quelques jolis week-end à Paris, chez mon frère, dans l'arrière pays niçois… Et des voyages aussi. Notamment un nouveau magnifique voyage au Japon bien sûr avec mon Joli Japonais, Tokyo les cerisiers en fleurs, quelques jours à la montagne dans la région de Nikkô, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Puis mon Joli Japonais est aussi venu en France en 2014, au mois de mars, la semaine qui a suivi le décès de mon père, hasard du calendrier. Ce fut un rayon de soleil pendant quatre jours après cette épreuve. 

 

Et maintenant, maintenant rien… 

Le temps passe... Et je ne fais rien. Il est plus tard que l'on ne pense. Il est déjà trop tard, même s'il n'est jamais trop tard. 

 

Posté par Ptit Sushi à 21:40 - Ma Vie de Sushi - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    Coucou. Moi je vois passer toutes tes toiles et livres avec plaisir. Une régularité qui me rassurait même si je n'avais pas d'autres nouvelles. Pas facile de se réapproprier le temps pour soi, c'est parfois un peu long. avec de la patience et de la constance on doit pouvoir y arriver, tu n'es pas prêt encore. Bises.

    Posté par PascalR, samedi 2 août 2014 à 20:16
  • Merci Pascal.
    Nous nous sommes ratés pas mal de fois. J'espère qu'on arrivera à se voir bientôt. Ca fait un moment.
    Bises.

    Posté par Ptit Sushi, samedi 2 août 2014 à 23:20
  • P'tit coucou au p'tit sushi, en passant.

    Posté par Nicolas Bleusher, vendredi 28 août 2015 à 19:19

Poster un commentaire