BUH by PTIT SUSHI

Mon Amour, mes joies, mes peines... Mais aussi mes lectures, mon cinéma, ma cuisine... Et en plus je suis gay... Mais plein d'espoirs...

mercredi 17 juin 2009

« Le canapé rouge » Michèle Lesbre

18298408_2673155

L’héroïne et narratrice du livre, Anne, voyage à bord du transsibérien pour rejoindre un ancien amour, Gyl, qui n’a plus donné signe de vie depuis plusieurs mois. Celui-ci tente de reconstruire sa vie au bord du lac Baïkal. Ce long voyage va être, une introspection, Anne va réfléchir sur le sens de ce voyage, se souvenir de son passé, de Clémence Barrot, sa voisine du dessous, une vieille dame à qui elle fait la lecture sur son canapé rouge et qu’elle a prise en affection. Anne va nous montrer le charme de cette campagne russe, les chants, la musique, le jeu des enfants. En fait désespérée elle recherche cet homme qu’elle a aimé, ce voyage jusqu’à Gyl et ses lectures sur le canapé rouge de Clémence vont la rendre sereine et lui permettre d’affronter une nouvelle vie en acceptant ce passé. Mais c’est aussi l’histoire bouleversante de Clémence qui est en train de perdre la mémoire et qui va vers un dernier rendez-vous avec son amour qu’elle a perdu à l’âge de 18 ans.

Ce petit récit très court est donc au final assez calme malgré ce long voyage lointain, mais le but n’est pas de nous bousculer, simplement il va nous transporter intérieurement par des rencontres et des désirs.

Il est simplement rempli de mélancolie, pas de tristesse et, la fin d’une grande beauté romanesque nous fait revivre. Et l’écriture de Michèle Lesbre est magnifique, simple et remplie de charme, d’une grande douceur.

 

« Presque aussitôt les gamins étaient revenus, petite armée multicolore, chacun tenant son cerf-volant sur la poitrine comme un bouclier. Ils s'étaient éparpillés sur la berge et avaient lancé dans le ciel devenu presque rouge une nuée de papillons géants qui se mirent à planer au-dessus de nous. Peu après, la mère m'avait expliqué que Gyl en avait fabriqué un à chaque enfant du village, que tout le monde l'aimait. ».

« Je cherchais à comprendre en quoi ce voyage était différent, je convenais qu’il n’était plus porté par ce qu’il l’avait initié mais par autre chose, quelque chose qui m’obligeait à admettre qu’il s’agissait de moi seule. »



Posté par Ptit Sushi à 20:18 - Un Sushi dans la Bibliothèque - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire